Agores s'engage

Évolution du PNNS : ce qui change

Le 09/03/2017

L’Agence Nationale de Sécurité Alimentaire (ANSES) a actualisé fin janvier les repères nutritionnels figurant dans le PNNS. En question : une consommation trop importante de viande et charcuterie au détriment des fruits, légumes, légumineuses et céréales complètes.

 

À la publication de son rapport, l'ANSES a indiqué : « ce travail a visé pour la première fois à élaborer des repères de consommation pour les principaux groupes d’aliments visant à satisfaire les besoins nutritionnels de la population adulte, tout en intégrant les enjeux associés à la présence de certains contaminants chimiques dans l’alimentation. », précise l’Agence.

Les évolutions introduites par ce rapport sont importantes. Il existe désormais neuf groupes d’aliments et non plus sept :

• les légumineuses ont été dissociées du groupe des féculents en raison de leur richesse en protéines et en fibres et constituent un nouveau groupe

• seule boisson indispensable, l’eau (eau du robinet, eaux de source et eaux minérales) est dissociée du groupe des boissons et constitue un groupe à elle seule

• les jus de fruits quittent le groupe des fruits et légumes pour rejoindre celui des boissons sucrées.

 

Repères nutritionnels : une nouvelle donne

Sont à renforcer :

• la consommation, deux fois par semaine, de poisson, dont des poissons gras (par exemple sardine, maquereau)
• la consommation régulière de légumineuses (notamment lentilles, fèves ou pois chiches).

• la consommation de fruits et surtout de légumes

Sont à privilégier :

• les produits céréaliers complets (pain, pâtes et riz complets)
• la consommation d’huiles végétales riches en acide alpha-linolénique (huiles de colza et de noix)

Sont à maîtriser :

• la consommation de viande hors volaille (bœuf, porc, agneau, etc.) : pas plus de 500 g par semaine
• la consommation de boissons sucrées (pas plus d'un verre par jour).
• La consommation de sucre et de sel

Sont à réduire :

• la consommation de charcuterie (jambon, saucisson, saucisse, pâté, etc.) : en deçà de 25 g par jour
• les teneurs de certains contaminants de l’alimentation (arsenic inorganique, acrylamide, plomb).

 

La position d'Agores

L'association soutient la nécessité d'actualiser les GEM – et notamment le GEMRCN – à partir de ce nouvel avis de l'ANSES. Christophe Hébert souligne ainsi : « AGORES fera tout ce qui est en son pouvoir pour trouver un nouveau porteur des GEM via le Ministère de l'agriculture depuis que le Ministère de l'Économie et des Finances a abandonné les GEM ».

 

Consulter le « Rapport d’expertise collective, Actualisation des repères du PNNS : révision des repères de consommations alimentaires » (ANSES, décembre 2016)

Consulter l'arrêté « boissons sucrées » du 18 janvier 2017 relatif à l’interdiction de la mise à disposition de boissons à volonté, gratuites ou pour un prix forfaitaire, avec ajout de sucres ou d’édulcorants de synthèse (JO, janvier 2017)